Les vœux à la population de Marie-Luce PENCHARD – Maire de la Ville de BASSE-TERRE

le .

Chers Basse-Terriens,
Chers compatriotes,

En ce début d’année, je tiens à vous formuler mes vœux de bonne et heureuse année 2019. J’ai une pensée particulière pour les plus démunis et ceux qui souffrent de solitude et d’isolement.

Je ne saurais débuter mes vœux sans un regard sur l’année qui vient de s’écouler, car il est vrai que cela n’a pas été toujours facile.

Sans aucun doute 2018 a été une année particulière avec un fort sentiment de la population que la puissance publique n’est plus en mesure de résoudre leur quotidien, tout ceci mêlé d’un système qui apparait de plus en plus injuste tant au niveau de la pression fiscale que dans la répartition des richesses.

Notre territoire la Guadeloupe, a peut-être été épargné par les manifestations violentes qui défraient la chronique en métropole avec le phénomène des gilets jaunes, mais pour autant nous devons rester extrêmement vigilants compte tenu de la montée de la précarité.

Il n’en demeure pas moins que grâce à la persévérance et à l’envie de faire des choses ont été réalisées.

C’est avec fierté que Basse-Terre, en tant que membre, a accueilli et co-présidé la conférence des villes capitales qui a réuni des délégations de la Guyane, de la Martinique et de Mayotte. Et des échanges très constructifs ont été réalisés sous le thème du désengagement de l’Etat en Outre-mer, son impact sur les finances locales, le coût social.
Sur le plan sportif, c’est au hall des sports de Rivière des Pères, désormais Palais des sports Didier DINART, que s’est déroulé l’open national de basket masculin.

Le relais inter-entreprises a renoué avec la tradition du départ à Basse-Terre. Tandis que la Karujet choisissait notre cité comme ville étape pour la première fois depuis sa création.

Sur le plan culturel, les travaux de la maison CHAPP, qui accueillera bientôt le siège de la direction des affaires culturelles, avancent à grands pas, ce qui fera de ce site le cœur de l’administration de la culture Guadeloupéenne.
Avec Pointe-à-Pitre, Basse-Terre est l‘une des premières villes à accéder à la fibre optique, notamment dans le quartier de Rivière des Pères où tout un chacun peut l’utiliser.

Au niveau social, la mise en place du conseil du droit et devoir des parents est désormais une réalité, il permet un meilleur accompagnement des familles dont les enfants rencontrent des difficultés sur le plan scolaire et social.
La ville a continué son programme de mise aux normes parasismiques de ses établissements scolaires. Après l’école Gaston Michineau à Petit Paris, Laure Abel au Carmel peut donc recevoir ses enfants en toute sécurité.

La ville a également été intégrée au programme « action cœur de ville », une convention de cinq ans avec pour finalité la redynamisation du centre-ville.

Je profite de l’occasion pour remercier les associations de commerçants pour leur contribution à l’animation de la ville (ouverture des magasins en continu et jusqu’à tard le soir en période de fête). C’est là le signe d’une nouvelle confiance instaurée.

Gageons que tous ces facteurs réunis redonneront à Basse-Terre son attrait et sa place de chef-lieu.

D’ailleurs, le village de la route du rhum, les manifestations dans les artères principales, l’arrivée de bateaux de croisières, l’appropriation des touristes du centre-ville et de ses monuments historiques, montrent bien que Basse-Terre est une ville attractive.

En 2019, grâce au contrat de partenariat passé avec la Région Guadeloupe, nous serons en mesure de poursuivre les travaux du boulevard maritime et surtout de l’éclairage sur l’axe routier au niveau de l’autopont qui fait défaut depuis de nombreuses années.

D’ailleurs, le programme de reprise de l’éclairage public de la ville, devenu vétuste avec le temps, sera engagé au cours du 3ème trimestre de cette année, ce qui participera à une diminution non négligeable de nos dépenses d’électricité.
Les quartiers ne sont pas oubliés avec la rénovation du terrain de sport de l’espace Charles-Henri SALIN à Petit-Paris. Les travaux devront débuter dans les jours à venir et avant la fin de l’année les Basse-Terriens pourront bénéficier d’une plaine de jeux au niveau de l’URMA.

Parler c’est une chose. Agir c’est une autre histoire et avec la majorité municipale nous entendons continuer d’agir pour le bien-être des Basse-Terriens.

C’est notre seule motivation.

Alors gardons confiance en cette année qui commence, une année qui je l’espère sera faite de multiples petits bonheurs quotidiens, de plaisirs simples et de beaux moments de partage, tant dans votre vie professionnelle que personnelle.

A chacune et chacun d’entre vous, Bonne année 2019.


Le Maire de la Ville de Basse-Terre
Marie-Luce PENCHARD